Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche

Aragon


27/02/2009

proces AZF




du bien fondé des usines chimiques et des centrales nucléaires...



TOULOUSE (AFP) - Le tribunal correctionnel de Toulouse a placé jeudi Total et son ex-PDG, Thierry Desmarest, au rang des prévenus du procès de l’explosion de l’usine AZF



Voilà donc que s’ouvre le procès de la plus grande catastrophe industrielle française. Officiellement trente et un morts (ne sont pas comptabilisés les décès dus aux effets post-traumatiques survenus dans les mois qui suivirent), des milliers de blessés, des séquelles à vie.
tout le monde savait que ça allait péter. D’ailleurs ça avait déjà pété. Plus de deux cents ans de poudrerie, d’abord royale puis républicaine, ça en fait des « accidents ».

toulouse.indymedia.org/spip.php?article34865
bon puisque le lien ne fonctionne pas je copie ici tout l'article d'indymédia toulouse.


procès AZF bis

Le procès AZF a enfin commencé ! Approchez ! Approchez braves gens, honnêtes citoyens, y en aura pour tous les goûts, du spectaculaire, du dramatique, et du suspense...

Voilà donc que s’ouvre le procès de la plus grande catastrophe industrielle française. Officiellement trente et un morts (ne sont pas comptabilisés les décès dus aux effets post-traumatiques survenus dans les mois qui suivirent), des milliers de blessés, des séquelles à vie. Des dégâts matériels considérables et secondaires. Vendredi 21 septembre 2001. Une population sacrifiée sciemment ; tout le monde savait que ça allait péter. D’ailleurs ça avait déjà pété. Plus de deux cents ans de poudrerie, d’abord royale puis républicaine, ça en fait des « accidents ». Des milliers de rescapés, parce qu’il y avait sur le site chimique bien plus de produits, bien plus dangereux, qui auraient bien pu anéantir l’ensemble de la ville. Et tout le monde d’invoquer une chance inouïe. Une population, soumise aux experts en gestion de crise majeure, maintenue en danger pendant plusieurs semaines, face à un pool d’usines chimiques éventrées répandant leurs produits toxiques aux mélanges explosifs ; sacrifiée par une préfecture qui cachait les risques et déclarait le confinement toujours de vigueur en cas de sur-accident ; alors que la moitié de la ville n’avait plus de fenêtres. Sacrifiée, parce que maintenue en place, alors que l’évacuation préventive des habitants des quartiers sinistrés en danger, aurait dû être organisée par les pouvoirs publics (comme c’est le cas lors de la neutralisation des vieux obus retrouvés proches des agglomérations). Février 2009, que juge t-on ? Une mise en danger volontaire de la vie d’autrui, une association de malfaiteurs à visée terroriste ? La mafia techno-industrielle, les multinationales et l’état, leurs ramifications politiques et économiques locales ? Que nenni, juste un « accident » pour lequel sont assignés devant le tribunal, deux lampistes de l’entreprise Total. Un procès pour la vérité ? Celle de la thèse officielle, décrétée deux jours après l’explosion par un procureur aux ordres. Vérité qui impose « le facteur humain » et la gestion désordonnée comme responsables de l’explosion. Vérité qui vise à dire qu’une telle explosion exceptionnelle ne se reproduira plus avec de nouvelles règles strictes d’exploitation. Une seule vérité possible, accusant l’exploitant d’AZF, puisque comme nous l’a bien expliqué l’ancien premier ministre de l’époque, le sieur Jospin : « mettre en cause la Société Nationale des Poudres et Explosifs, c’est remettre en cause la force de frappe nucléaire française... ». De la pure raison d’état. Et au final, la vérité qui sortira de la bouche d’un juge. La bonne plaisanterie. Le bas peuple en rigole mais ne peut croire à la mauvaise blague. « Le premier qui dit la vérité... il doit être exécuté ».Tra la la...la la... Et la vérité enterrée. Un procès pour tourner la page ? Comme si nous pouvions nous faire acheter par une vulgaire décision de justice, des indemnités et renier notre conscience, abdiquer face à la bête. Celle qui nous a pété à la gueule, comme pour nous rappeler que l’industrie guerrière est aussi une mangeuse de femmes et d’hommes, « innocentes victimes » de dommages collatéraux. Juste retour de bâton cette explosion ? Alors que la recherche et l’industrie toulousaine sont des fleurons de la technologie de destruction massive. SNPE, no futur ! Le livre est loin d’être refermé. Un procès pour faire le deuil ? Un rituel exutoire, une thérapie de groupe ? Quel mépris au bon sens, quel mépris envers ceux qui souffrent encore, souffrance engendrée par la perte d’un être cher, souffrances encore des séquelles du traumatisme. Un procès pour l’exemple ? Parce que nous sommes dans un état de droit et qu’il existe une justice. Parce que à affaire exceptionnelle, moyens exceptionnels : sept juges, quatre mois d’audience, une salle pouvant accueillir plus de mille personnes, 1 813 plaintes en parti civile, un bataillon d’experts, une nausée de force de l’ordre, le tout pour 3 800 000 euros HT... et des débats filmés pour la postérité, comme lors des procès Barbi et Papon pour crime contre l’humanité (70 médias, cinq chaines étrangères et plus de 300 journalistes). Une justice indépendante, et équitable qui s’adonne à un spectaculaire show médiatique dans le seul but d’apparaitre comme incontournable, réparatrice, régulatrice et apaisante pour les parties qui s’opposent. Mais ne l’oublions pas, un même justice, qui au quotidien broie la vie de milliers de personnes, qui prononce de plus en plus de peines, de plus en plus longues, peines éliminatrices histoire de résoudre les problèmes sociaux. Une justice pourvoyeuse de l’industrie carcérale, industrie de la punition, aussi néfaste que l’industrie chimique ou nucléaire. Alors, nous nous posons la question. A qui profite le crime ? Sachant que la chimie lourde toulousaine était déjà condamnée à disparaître avant l’explosion et que la chimie fine, mélange des dernières nécro-technologies s’implante dans le sud toulousain. A Fabre et consort, dealers de l’industrie pharmacologique, à nanOgm et autres biotechnologies mortifères... ? Le système marchand fait fi de la vie et fonde une société sur le profit, de quelques uns au détriment du plus grand nombre. Il est entretenu par tous les états garant du progrès et de la croissance économique. Le capitalisme privé ou nationalisé engendre tous les jours de part le monde, ses lots d’horreurs et de malheurs. Ceux qui en font les frais ne manquent pas et tous n’ont pas le triste privilège de participer à de telles farces juridiques en tant que victimes officielles. Au lendemain de l’explosion, la population (si tu ne sautes pas tu n’es pas toulousain) est descendue dans la rue pour exiger en toute logique la fermeture de tout le site chimique. Le « ni ici ni ailleurs » repris en coeur, restera au regard de l’histoire un slogan vide de sens, s’il ne s’adresse pas à l’ensemble des productions de mort et à la justice complice comprise.

Toulouse février 2009, des rescapés, mais pas des dupes.



vidéo

Risques industriels : "Rien n'a été fait" depuis l'explosion d'AZF

un témoignage

2 commentaires:

cocole a dit…

le jour où le gouvernement et les institutions cesseront de fermer les yeux sur ce qui fait tache, ça se saura
Je n'ai plus aucune confiance en la justice depuis bien longtemps déjà

bise

Lou a dit…

Je ne crois pas non plus que la justice fera son travail, mais c'est déjà un réconfort de penser que ce procès va déranger cette société criminelle même un tout petit peu.
Une société qui est spécialisée dans la pollution de la planète, il semblerait que tout ce qui est nocif l'attire. (Ou bien serait-ce parce que tout ce qui est touché par la sacro sainte grâce du fric est nocif hm ? ^^).